Un monde d’Urbex

URBEX, de l’Anglais « Urban Exploration ».
A savoir l’exploration à travers des friches industrielles, vieilles demeures, manoirs, écoles ou autres endroits abandonnés par l’homme mais où les traces de son passage  subsistent encore.
Voilà en quelques mots la définition  de l’Urbex.
Mais au-delà de simples mots, ce mode d’exploration devient des années plus qu’un simple phénomène de mode et touche de plus en plus de personnes.
Depuis pas mal d’années j’ai rejoint  le rang  de ces  drôles « d’explorateurs modernes » ou  d’archéologues contemporains.
Je ne sais pas vraiment ce qui m’attire vers ces vestiges d’anciennes usines, écoles, industries ou institutions désertées par l’homme.
Suis-je guidé, par la recherche du souvenir ? les traces du passé de l’homme, de son vécu, de sa présence ?
Est-ce le côté architectural qui guide mes pas et mon regard vers ces vestiges, où  la plupart du temps ne sont présents pour certains que rouille, béton, graffitis et autres outils cassés et dévorés par le temps ?
Aujourd’hui, je suis incapable de répondre…
Ce dont je suis certaine c’est que cette démarche d’aller fouiller, explorer et  photographier ces  lieux est devenue pour moi une sorte de drogue, une véritable   passion.
Les clichés que vous découvrez ne sont qu’une infime partie de mes explorations qui me conduisent à sillonner les routes de ma région ainsi que d’autres coins de la  France. Mes explos me poussent parfois très loin au-delà de nos frontières. Le spot  que  j’ai eu  la  chance de découvrir en Namibie, est l’ancienne ville minière de KOLMANSKOP, bâtie par  des chercheurs  de  diamants Allemands, dans la Province de Lüderitz ; cette ville est dévorée par le désert  depuis  la  fin des années 5O !
L’Urbex, ne s’arrêtera jamais… pour moi…
Il y aura  toujours une maison, usine, clinique ou autre bâtiment abandonné et qui demeurera pour moi fabuleux terrain de jeu photographique.
Il ne me reste plus qu’à vous  souhaiter à présent une  bonne découverte de ce qui fait partie de mon existence, de mon monde  secret, de mon univers « Urbex »…

Demeures et châteaux hantés

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été très attiré par les grandes demeures sombres et mystérieuses.
Non pas les constructions royales où tout n’est que faste, dorures et apparat, mais, bien au contraire, je veux parler de ces sombres demeures aux silhouettes inquiétantes au fin fond de parcs mystérieux.
Plus tard, adolescent, puis jeune adulte, je me délectais des lectures d’Edgard Alan POE, de productions cinématographiques et me régalais d’images d’épouvantes où se déroulaient ces films.

Ce n’est que bien plus tard en visionnant « les Autres », où Nicole Kidman, joue le rôle de cette mère et épouse perdue dans un sombre et mystérieux manoir que j’ai eu le déclic.
J’étais touché par le virus du Manoir et de la grande Demeure Bourgeoise Hantée.

En tant que photographe se spécialisant de plus en plus dans la réalisation de thèmes sombres, je dois avouer que je traque passionnément châteaux et manoirs abandonnés. Ils représentent pour moi de fabuleux décors naturels pour concevoir mes shootings (Vampires, Veuves gothiques, Princesses maléfiques…..)

Aujourd’hui, j’ai décidé de créer cette nouvelle « galerie » afin de partager avec vous, la beauté de certains sites que j’ai eu la chance de découvrir.
Ils vont de paire avec mon amour pour l’urbex et la découverte de friches industrielles mais, à l’inverse de ces dernières, se classent au dessus, car plus beaux, plus nobles et ô combien plus mystérieux….

Bonne visite à vous tous…

En espérant que vous prendrez autant de plaisir à découvrir mes clichés que j’en ai eu en découvrant ces endroits !

Comment réussir son shooting / côté photographe

Depuis l’avènement du numérique, de plus en plus de personnes se livrent au plaisir de la photographie.

Mode plus simple que nos bons vieux boîtiers argentiques (on est pour beaucoup de photographes actuels en mode « tout automatique »), plus d’heures à passer dans des labos, à déjà « dégoupiller » les « bobinos » et à bien préparer ses mélanges pour révéler les négatifs… puis passer à l’agrandisseur, révéler ses images, laver puis fixer, rincer… j’ai un peu l’impression d’être un dinosaure en écrivant ces lignes.

C’est sûr et certain, ce n’était pas l’époque de : j’efface ma mauvaise image d’un simple « clic » sur un bouton et je m’amuse à faire mes retouches sur Photoshop ou Lightroom !

Mais bon, le but de cet article n’est pas de pleurer notre « bon vieux argentique », mais comme je l’ai fait il y a quelques temps de partager, en tant que « vieux » photographe quelques petits conseils qui, j’espère, aideront au moins certains et certaines à réaliser de meilleurs séances de shooting avec les modèles.

Les secrets en 3 étapes

Le bon endroit pour le bon shooting

Combien de fois ai je vu défiler des clichés sur divers réseaux sociaux de photographes qui avaient, au départ, eu de très bonnes idées de thèmes de shooting, mais où, hélas, tout partait très rapidement en vrille, car le (ou la) photographe en question n’avait pas vraiment fait de lien entre le thème choisi et à « shooter » avec son ou ses modèles et une inadéquation, voire incohérence entre justement le projet et l’endroit choisit pour réaliser son shooting.

L’ exemple le plus marquant est celui d’une ravissante jeune femme posant en jolis dessous, mais malheureusement posée comme par magie sur un banc de pierre au milieu d’un jardin sans intérêt !

La pauvre modèle, non seulement semblait frigorifiée, mais surtout ne cachait pas son expression « Mais qu’est que je fabrique en bas et porte jarretelles dans ce fichu jardin »

Voila le photographe avait juste eu envie de photographier son modèle et puis le décor, l’atmosphère, le lien avec l’endroit… « Ben on verra une autre fois »

Le photographe aurait pu réussir son shoot en transformant son modèle en statue de jardin (Pour cela il suffisait soit en faisant appel à une ou un MUAH, soit lui même « d’habiller » la demoiselle de glaise par exemple, de la faire monter sur un petit socle et avec ou sans accessoires on obtenait une statue de jardin qui pourquoi pas aurait adopté plusieurs poses (comiques, effrayantes, et toute une palette d’expressions)

L’autre solution, bien sûr, était d’abandonner son fameux jardin et de se transposer dans un autre décor, salon, chambre à coucher, salle de bain et de jouer avec son modèles en dessous le coté « cliché de charme » ou « boudoir »

Là, on avait, dans les deux propositions, un parfait accord avec 4 éléments pour réaliser le bon shooting soit le modèle, le bon endroit, le maquillage et le raccord avec le thème choisi !

Pas d’erreur de casting

Là aussi point très important pour bien réussir sa séance de prise de vues et son projet en étant un bon accord avec le bon « choix » de son modèle.

Tout d’abord une règle d’or à respecter.

Être modèle est un choix.

Il faut partir du principe que celui ou celle qui choisi de poser devant un ou des photographes (et même si au départ c’est une fabuleuse façon de gagner confiance en soi, le principe du « Narcissisme positif / J’existe et je n’ai plus peur de mon image et je l’accepte ») aime cela.

En général, les modèles, aiment et surtout ont intégré le fameux « Lâcher Prise » qui leur permet d’entrer dans la peau de tel ou tel autre personnage le temps du shooting.

Par contre attention, tout le monde ne peut pas faire tout et n’importe quel thème.

Ainsi, si un modèle précise nettement et clairement « Pas de nu érotique, nu artistique et dessous » n’insistez pas.

Poser nu ou très légèrement vêtu est un vrai défi.

Certaines personnes vont, en effet, avoir de réels problèmes avec la simple idée de nudité (on ne connaît pas forcément les histoires de vies des modèles que l’on contact)

Il en est de même pour des thèmes particuliers.

Ainsi, il est vrai qu’il sera par exemple très compliqué pour une personne qui déteste profondément les films d’horreur, de poser pour un projet « Zombie » ou autre créature possédée du Diable et autre force maléfique.

Pour résumer, pensez, en tant que photographe, à bien exposer le ou les projets photographiques que vous souhaitez travailler.

De ce fait vous pourrez shooter les seules « vraies bonnes personnes » en pur raccord avec vos thèmes.

Tout le monde n’a pas la faculté d’être Monsieur ou Madame Caméléon.

Accessoires et tenues, c’est ça la différence

Maintenant que vous avez trouvé votre spot idéal, que votre modèle correspond complètement à votre projet et que le personnage lui va comme un gant, parlons à présent un peu « investissement » de la part du photographe.

A part les modèles qui réalisent un maximum de shootings et qui effectuent des investissements à longs terme sur une garde robe assez fournie ainsi qu’un choix d’accessoires assez large (Colliers, bracelets, bijoux, masques, armes etc) la plus part des modèles que vous allez rencontrer et recruter sont plutôt pauvres dans ces domaines.

Soit tout simplement parce que cette activité est nouvelle et, qu’en tant que débutant, on n’investit pas immédiatement sur les tenues et accessoires car on ne sait pas si l’on va recevoir beaucoup de propositions de shooting, soit par ce que certaines personnes ont un budget assez limité et qu’elles ne peuvent se permettre d’investir.

C’est à vous photographes (Et donc metteurs en scène de vos projets d’investir et d’avoir un panel assez large de tenues et autres accessoires)

Pour les tenues soyez malins. Rendez vous à EMMAÜS, car vous allez trouver de vrais trésors. Robes de mariée pour à peu près 5 Euros, vestes, chemisiers, chapeaux…)

Autre astuce et surtout si vous vivez dans une grande ville comme Lyon, vous trouverez toujours un « Habilleur Costumier » travaillant avec des compagnies de théâtre qui fera des journées « portes ouvertes » pour vendre de vieux costumes (Robes de Marquises, vestes et uniformes de poilus, tenues de chevaliers etc)

Un autre bon moyen de trouver également merveilles et trucs incroyables.

Devenez les Dimanches pluvieux les « pilleurs » de brocantes, de vides greniers et autres manifestations comme « les rencontres Vintage » ou bien les « vide dressings » de particuliers.

Vous voici à présent un peu mieux paré et préparé pour réaliser vos futurs projets.

Vous verrez peu à peu, vous aurez vos endroits (Même si vous les partagez avec d’autres) privilégiés pour réaliser les projets que vous avez en tête.

Telle grande usine désaffectée, si géniale car hyper lumineuse et à l’abri de toute visites intempestives et désagréables (Forces de l’ordre, Roumains et autres Air Softeurs)

La ruine de Château médiéval, la maison bourgeoise ou autre cimetière de voitures.

Vous aurez votre agenda de modèles avec qui fait quoi, partant pour tel thème ou non et enfin, avec un choix de tenues et accessoires, vous aurez à portée de main toujours le petit plus qui transformera vos ambiances et atmosphères.

Cet article n’est que la simple réflexion d’un modeste photographe qui travaille avec des modèles depuis pas mal de temps maintenant.

C’est avant tout l’envie de partager des conseils et des « petits trucs » avec le plus grand nombre d’entre vous.

J’ai très certainement oublié des points, n’hésitez pas dans ce cas à commenter et à partager vos expériences.

Très bons shootings à tous et toutes !