Le bonheur est dans la cambrousse

Allez c’est l’ Été… alors voila il tourne bucolique le p’tit gars. J’entends déjà la réaction de certains et de certaines qui me suivent depuis pas mal de temps et qui vont découvrir ce cliché… comment dire Ô combien inhabituel de ma part !
Comment ? De la couleur.
Eh bien, oui. Pourquoi pas ?
Je ne suis pas comme les chiens je ne vois pas qu’en noir et blanc, alors oui de la couleur mais pas n’importe laquelle non plus.
Parti pour un week end bucolique en plein milieu de nulle part, chez des amis qui possèdent une vieille maison de vignerons dans le Beaujolais, ma route a croisé, au cours d’une promenade, ces deux vaches, toutes occupées à brouter paisiblement une herbe riche et grasse.
L’ambiance du moment, les nuages menaçants dans le paysage, en contraste avec cet instant paisible, m’ont donné l’envie de créer une atmosphère à la fois douce et (le naturel revient quand même très vite au grand galop !) inquiétante…
L’image est paisible, mais pas que…
J’ai voulu traduire, avec l’aspect de ces couleurs à la fois saturées et traitées comme si il s’agissait d’une image d’un temps passé, une vie qui s’échappe, le temps d’un passé heureux, d’une existence déjà loin de nos vie, qui reste présent en nous, semblable à une certaine partie de notre héritage mais que nous ne retrouverons jamais.
Est-ce le conscient ou l’inconscient qui m’a poussé à travailler ce cliché de cette manière, avec ce format en 16 / 9ème assez inhabituel en photographie, ou bien le souvenir très profondément enfoui en moi d’un certain passage de mon enfance…?
Je me vois incapable de répondre à toutes ces questions.
Une chose demeure sûre et certaine, le bonheur est, à cet instant, avec moi, en pleine cambrousse… .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *